Menu

CHANVICOROBE2 - Le Jardin et la Fête 2

Statut

Le Jardin et la Fête 2 - 2014_...

Sujet : Préface de Fertiles Mobiles

Auteur : Gilles Clément

Diffusion : édition Tout contre

Synopsis

Cette préface publiée par Gilles Clément, traite de l’action de Coloco.
Coloco, collectif d’indépendants, professionnels de la création urbaine ont comme objectif la réapropriation de l’espace public par les habitants. Il se place dans un cycle de transformation par le biais d’interventions urbaines à échelles diverses.
Coloco se rapproche de l’idéologie de Gilles Clément en cher-chant à sensibiliser les foules.
Ingénieur horticole, paysagiste, écrivain, jardinier, Gilles Clé-ment poursuit aussi de nombreux travaux théoriques. Ceux-ci se regroupent autour du thème de Tiers-paysage. Le Tiers-paysage se base sur l’image de la friche, un espace paysager délaissé par l’homme, permettant un certain développement libre. Ce qui nous conduit directement aux notions de Jardin en mouvement et de Jardin planétaire.
Ces reflexions mettent l’homme au cœur d’un processus de création en rapport à la nature, elle-même en perpétuelle mutation.
Par la constellation, le thème général de ce texte apparaît comme la notion de processus concernant principalement la transformation.
Gilles Clément utilise la métaphore du jardin et de l’enclos pour faire comprendre que les limites spatiales, sociales, environne-mentales, etc. s’effacent progressivement. Au centre de ce changement se placerait le «Jardinier», c’est à dire l’Homme.
Selon Gilles Clément, Coloco est un des acteurs de cette évolution. Par le biais de la fête (utilisée comme appât), il rassemble les populations autour d’une thématique sociale qui aurait un éventuel impact sur leur mode de vie.


Limites : vers une Porosité

Depuis quelques années, dans le monde, les limites à la fois politiques, économiques mais aussi sociales ont tendance à s’estomper.
Paradoxalement, les populations ne se mélangent pas pour autant, chacun se cantonnant à son propre «enclos». Gilles Clé-ment soutient la théorie d’ouverture des jardins : le particulier doit en quelque sorte céder de l’espace public, afin de créer des espaces communs. En développant ce concept, le «jardin» de chacun doit s’ouvrir aussi bien à la ville qu’à son voisinage.
Coloco reprend cette idée de partage en la déclinant au cœur des villes, afin de rendre chaque habitant acteur de son environnement. Les espaces publics doivent être réappropriés, partagés par les habitants. Les membres de Coloco incitent les hommes à déterminer de nouveaux usages pour mieux vivre ensemble.


Appât : La Fête, un moyen de rassembler

Afin de permettre aux personnes d’agir dans leur environnement «commun» : leur propre quartier, Coloco entreprend des actions de sensibilisation. ll faut rassembler les foules et pour cela, quoi de mieux que de faire la fête !
Par le biais d’évènements festifs, Coloco appâte les habitants afin de les impliquer dans une transformation commune de leur quartier. Ces actions favorisent les échanges, créent des liens entre les différents habitants. Les aménagements urbains, bien qu’au coeur du processus initié par Coloco, sont relegués au second plan face à l’impact social de leurs reflexions.


Action : Du collectif aux usagers

Accelérer l’effacement des limites et la transformation d’un mode de pensée, d’une manière de vivre en Ville est l’objectif principal du collectif Coloco. Pour ce faire, il faut sensibiliser la population (notamment par l’intermédiaire de la fête) mais il faut également l’accompagner. Comment pousser les habitants à agir sur leur environnement ?
Coloco se propose d’organiser des «chantiers ouverts», permettant à l’ensemble des habitants de participer à l’évolution de l’espace public.
C’est dans un premier temps l’idée de changer le regard des usagers, transmettre au public un savoir, une expérience.
La curiosité attisée engendre des pratiques nouvelles : l’habitant transforme à sa façon, son quartier, sa ville, son territoire. Par la suite, celui-ci se doit de poursuivre ce cycle de transformation de manière individuelle, c’est-à-dire sans les éventuelles propositions de projets de personnes extèrieures.


Synthèse

Afin de modifier la manière de vivre de l’homme, Coloco se place comme intermédiaire : il sensibilise les habitants, les poussant à reconfiguer à leur manière l’espace public. Ce processus s’effec-tue dans une ambiance festive pour attirer une grande diversité de population. La fête se voudrait être un moyen de brassage.
Cependant, la vision de la fête n’est pas universelle; on ne peut obtenir une réelle mixité.
Les concepts de Coloco se veulent quelque peu utopiques. La population agit dans le cadre d’un projet dessiné et organisé par Coloco. La part de participation est-elle assez grande pour que l’homme se sente concerné ? Possède-t-il assez de liberté pour créer, innover ?
D’autre part, ces actions ne sont qu’éphémères. Les habitants sont mobilisés seulement le temps d’un projet. Une fois la fête terminée, on assiste à un retour au quotidien. Changer les usages nécessite des efforts énormes au sein d’une communauté.
Peut-être une mutation pourrait-elle avoir lieu à long terme, gràce à de multiples interventions dans un même territoire ? Ou doit-on rester continuellement dans un esprit de fête au quotidien ?

Voir aussi :

Groupe thématique : TD

Thème majeur : Transformation urbaine

Notions - mots clefs : Processus - Limite - Fête - Appât - Sensibilisation - Autonomie

Activités : Article

Famille : Texte ouvrage et direction d'ouvrage, Concept tous

Échelle : L

facebook Linkedin Viadeo