Menu

DT_PM - Oser- L’altérité, le spécifique, la bienveillance, les cultures

Statut

Oser- L’altérité, le spécifique, la bienveillance, les cultures - 2014_...

Sujet : Oser- L’altérité, le spécifique, la bienveillance, les cultures

Auteur : MADEC, Philippe

Diffusion : COLLECTIF, sous la direction de Marie Hélène CONTAL : Ré-enchanter le monde, L’architecture et la ville face aux grandes transitions, Paris : éditions Alternatives, 27-05-2014, 160p.

Philippe Madec part du principe établit que les population habitant la Terre et que l’architecture du XXIème siècle change nos manières d’habiter. Nous sommes arrivés à un point, selon l’auteur, où nous sommes en mesure de constater que la planète que nous habitons présente des limites et que pour certains enjeux nous sommes arrivés aux portes de ces limites. La question qu’il se pose dans le texte est donc celle d’une rupture franche à établir, ou bien cette rupture serait-elle inaliénable ?



La mondialisation et la globalisation des services, des échanges et des flux ont provoqué des dégâts sur la planète, et sur notre environnement proche. L’accent est mis sur le travail essentiel de l’architecte dans notre société qui doit prendre conscience et composer avec ces situations et ces enjeux, il doit travailler dans la conscience des sociétés.
Le regard est tourné sur l’avenir à la vue des conséquences provoquées sur notre planète par la main de l’homme.

L’intérêt est porté sur notre société et son influence sur notre monde donc, sur les effets de notre passage sue la Terre et la conséquence de nos actions sur la matière, la terre.
Les constats émis et enregistrés montrent que l’architecture se doit de répondre de façon nouvelle à ces conséquences. Ce constat étant fait, l’architecte doit s’en rendre compte et trouver des solutions sur les constructions nouvelles afin que celles-ci deviennent responsables et durables. L’accent est mis par Madec sur le travail engagé de l’architecte, l’architecte qui doit engager une « responsabilité qui ne balance plus entre l’humanité et la nature ».

L’architecture doit être pleinement consciente de l’histoire et porter un regard sur un avenir possible qui n’engendre pas de clivages ni de dégâts afin de pouvoir répondre au mieux aux besoins primaires des Hommes, des cultures, de pouvoir et donc les faire cohabiter.

L’auteur s’adresse non seulement aux architectes en devenir mais aussi à cette société à qui nous avons légué des contraintes nouvelles auxquelles elle doit faire face. C ‘est donc cette société, désormais principalement urbaine, qui doit aussi porter un engagement dans la conception de constructions durables pour répondre au mieux à cette croissance des écarts faits entre l’architecture et la Terre.
Quel lien alors entre la Terre et l’architecture ? Madec évoque l’idée d’un langage commun, un langage architectural comparable à celui de la planète, un language des éléments fondamentaux premiers.

Document lié : 150930_REENCHANTER_LE_MONDE_Philippe_Madec_Oser.pdf

Lien externe : http://www.atelierphilippemadec.fr/

Voir aussi :

Groupe thématique : Texte

Notions - mots clefs : Groupe Dimitri Toubanos

Activités : Texte

Famille : Texte chapitre d'ouvrage

facebook Linkedin Viadeo