Menu

KHOU1 - Daniel Libeskind "traces of thé unborn"

Statut

Daniel Libeskind "traces of thé unborn" - 1996_...

Sujet : traces of the unborn

Auteur : Libeskind Daniel

Depuis quelque temps, je travaille sur un projet que j'ai intilulé «
Traces of the unborn » - une expression qui décrit le besoin de
résister à l'effacement de lʼHlstoire, le besoin de répondre à l'Histoire,
le besoin d'ouvrir le futur : en un mot, la nécessité de représenler
i'lnvisible sur ies bases du visible. Au cours de cette réflexion, jʼai
développé certains concepts dʼurbanisme et dʼarchitecture qui
reflètent mon intérêt, mon engagement pour la mémoire de la ville –
pour le temps dans lequel elle joue un rôle et pour la liberté quʼelle
représente1.
La réflexion sur ces problèmes, concernant le développement futur
de la ville contemporaine, soulève des questions fondamentales sur
les dommages du tissu urbain ancien, présent et futur, que ceux-ci
soient causés par la guerre, les conditions économiques ou
lʼidéologie politique.
En butte à ces conditions, lʼurbanisme contemporain doit laisser de
côté les formes conventionnelles du contextualisme et de lʼutopie au
profit de stratégies qui permettent la transformation et la
métamorphose des réalités existantes, qui prennent la discontinuité
de la ville comme point de départ positif pour lʼélaboration de
nouvelles perspectives urbaines2.
Toutes les sociétés ont un besoin profond dʼidentifier les signes qui
constituent des zones particulières, les structures qui forment la
texture de la mémoire vivante. En réfutant aussi bien le passé que le
futur, lʼéternel acte présent de la transformation et de la
métamorphose doit être intégré à une trame urbaine qui encourage
la crétion dʼarchitectures souples, hybrides, et imprévisibles. Mais
lʼexistant ne doit pas être considéré comme un obstacle ou comme
une forme pathologique. Cʼest plutôt une occasion importante pour
de nouveaux rapports et expériences urbaines3.
Il est nécessaire, pour les architectes contemporains et les
urbanistes, de remettre en question la notion du plan-masse avec
ses implications futures ; la mauvaise habitude de la même éternelle
reproduction. Au contraire, ils doivent développer des méthodologies
ouvertes et toujours susceptibles de modifications, qui renforcent les
processus de transformation et articulent la dynamique du
changement dans un contexte dʼarchitecture diverse et pluraliste. Ils
doivent simultanément tracer et orienter lʼévolution de la ville ; la ville
de la mémoire et du rêve, comme la Maison de lʼEtre et la Matrice de
lʼEspoir4.
Suivant lʼaxiome de Paul Valéry « lʼhumanité est menacée en
permanence par deux dangers : lʼordre et le désordre », ma propre
quête dʼun urbanisme nouveau et responsable navigue entre le
scylia de lʼhistoricisme nostalgique et le
Charybde de la table rase totalitaire. Cette attitude mʼinterdit
à la fois le simulacre au service dʼune respectueuse modestie et la
destruction au service de la pureté idéologique. Cʼest une quête dʼun
processus qui cherche à définir les raisons souvent invisibles,
prisonnières de typologies figées ou oubliées et de situations qui
onstituent lʼénergie particulière à la ville. Cela concerne lʼhistoire
complexe de la ville, réseau hétérogène temporel et spetial, dont les
connexions et les contractions forment la base de modes critiques
dʼintervention5. Les structures qui en résultent font apparaître une
nouvelle relation ou un nouveau noeud entre les espace urbains et
leur environnement, entre les édifices et leurs sites, agissant avec
des conditions existantes et en apportant un ajout qui boulverse les
réseau de communication, le tracé des rues, les bâtis et les espaces
ouverts. De ces matrices ouvertes, souples, peuvent émerger des
formes dʼarchitectures dʼespaces urbains dont lʼexpression et la
représentation sont inséparables de lʼespace politique quʼils
occupent.
Cette matrice représente un histogramme de réalités invisibles et de
leurs rapports, une intervention dans le temps et lʼespace illustrant
lʼéquation de lʼâme dʼune ville6.
La ville est la création spirituelle la plus importante de lʼhumanité ; un
travail collectif qui développe les expressions de la culture, de la
société et de lʼindividu dans le temps et dan slʼespace. Sa structure
est un mystère inexplicable, un rêve plutôt quʼun équipement. Ce fait
admis, des variantes sont nécessaires pour compléter les idées de la
planification urbaine traditionnelle. Elles impliquent une continuité
fondée sur la projection en avant.
Mon propre projet de recherche sur la ville contemporaine représente
une alternative possible – une approche qui comprend et célébre la
ville comme un événement évolutif, poétique et imprévisible.

Voir aussi :

Groupe thématique : texte

Thème majeur : la relation entre l'histoire et l'architecture contemporaine

Notions - mots clefs : histoire contemporain

Activités : Texte

Famille : Texte chapitre d'ouvrage

facebook Linkedin Viadeo