Menu

KHSA1 - Yona Friedman "Une architecture au-delà de l'architecture"

Statut

Yona Friedman "Une architecture au-delà de l'architecture" - 2008_...

2841621715

Sujet : une architecture au-delà de l'architecture

Auteur : Friedman Yona

Diffusion : Editions de l'Eclat, Paris-Tel Aviv

Pour imaginer notre univers nous sommes obligés
de choisir entre deux points de vue quasi
axiomatiques : l'univers est-il régi par des règles
(lois de la nature), ou est-il chaotique, erratique?
Quelle différence y a-t-il entre ces deux points de
vue ? La règle peut être exprimée par langage, par
des mots; elle constitue donc une abréviation (qui
évite de répéter des événements semblables). Elle
est essentiellement statique, comprenant un grand
nombre d’événements. L'autre point de vue ne
permet pas de caractériser les vrais éléments par
des abréviations : la réalité ne peut être abrégée.
Nous ne pouvons donc pas choisir avec certitude :
les deux points de vues sont vrais et faux en
même temps. Il ne nous reste plus qu'à décider.
En réalité, la situation à laquelle nous sommes
confrontés est plus compliquée: dans chaque
domaine les deux points de vue sont
complémentaires. En arithmétique, par exemple,
tout est constructible à partir d'un nombre
d'éléments simples; mais pour retrouver toutes les
propriétés des nombres construits, les règles de
construction ne suffiraient pas. Ainsi, en
construisant la série des nombres naturels, chaque
nombre a des propriétés qui ne sont pas
prévisibles à partir de celles du nombre qui le
précède. Cette incertitude des règles (qui sont
donc des abréviations quasi mnémo-techniques)
nous conduit à poser la question de savoir si ces
règles existent de plein droit (c'est-à-dire : si les
lois de la nature gouvernent l'univers), ou si elles
ne sont que le fruit de notre imagination ?
L'arithmétique, c'est nécessairement parfait. Mais
pourquoi l'arithmétique comprend-elle des
irrégularités impossibles à formuler par une loi ?
Nous pensons en paroles et, en même temps, en
images. Les régularités exprimables en paroles et
celles contenues dans les images ne sont pas les
mêmes. En paroles, nous présentons une
accumulation; en images, une totalité. La «
chose » (donc l'univers) devient différente selon
qu'elle est présentée avec des paroles ou avec
des imagés.
Pour analyser nos expériences, les paroles sont
parfaites ; pour exprimer les totalités, nous devons
recourir aux images.
Construire une image est donc la contradiction
fondamentale.
Construire : c'est-à-dire rassembler des choses
élémentaires et former à partir d'elles une chose
unique. L'image, c'est la chose unique au départ,
qui perd toute sa validité si on la décompose.
Je ne connais pas la réalité, mais il me semble
qu'on ne peut l'affronter autrement que par l'image.
C'est ce que font les chiens, mais c'est également
ce qu'il nous arrive de faire. Toute l'histoire de
l'humanité peut être reprélentée par une séquence
d'images.
Architecture : savoir construire. Pas seulement des
bâtiments : le champ est plus vaste.
On parle d'architecture d'un roman, d'une
symphonie, mais aussi du corps humain ou du
droit romain. L'usage du terme « architecture »
pour un système informatique est courant.
« Architecture » signifie aussi l'absence de règles
préalables : elle conduit, elle-même, à la création
de règles.
« Architecture » implique une construction
articulée, une construction qui se suffit à ellemême.
C'est ce que j'ai tenté de faire dans ces pages.
Je ne sais pas si mes propositions sontjustes ou
fausses, mais j'ai fait l'effort de les rendre
coherentes. Une construction doit l'être.
Il est fréquent, en science, d'employer des
modèles mathématiques. Ces modèles sont
souvent commodes pour représenter des
observations scientifiques, et, de ce fait, ils sont
suposés donner une image appropriée de la
réalité.
Mais ces modèles sont-ils vraiment appropriés ?
Nous essayerons d'examiner certaines
caractéristiques fondamentales de l’arithmetique,
elle-même fondement du raisonnement
mathématique, pour voir si ces caractéristiques
n'empêchent pas une représentation appropriée de
cette réalité.
Nous pensons plus en images qu'en paroles (au
moins la plupart d'entre nous). D'où l'importance
de « construire une image ».
D'autre part, les images sont difficiles à
communiquer, plus difficiles que les paroles ou les
formules mathématiques.
Pour nous faire une image du monde physique,
certains concepts de base semblent être
indispensables. Les concepts, eux, peuvent être
décrits par le langage. (Evidemment le choix des
concepts de base décrits verbalement est très
pauvre. La plus grande partie de nos concepts de
base sont en quelque sorte automatiques : ils ne
peuvent être exprimés qu'à l'aide d'images. Les
images sont, pour nous, la réalité, alors que les
expressions verbales ne sont que des
abstractions. Nous sommes d'ailleurs enclins à
associer des images même à des abstractions. )
Les formules mathématiques ne servent que pour
contrôler les concepts et les paroles. En général,
elles ne peuvent mener à des concepts sans que
ces concepts présentent des propriétés, des
limitations inhérentes aux seules mathimatiques.
Les quelques pages qui suivent constituent une
tentative pour « construire une image ». J'ai
essayé, tout d'abord, de situer quelques-unes des
limites intrinsêques aux mathématiques, puis je me
suis aventuré sur le terrain des images.
Le mot « image » ne veut pas dire « réalité », mais
peut y être apparenté. L'image peut mener à des
nouvelles observations qui, à leur tour, admettent
de formulations mathématiques. Ainsi, la boucle
est bouclée.

source photo : Yona Friedman, Spatial City, 1959, Project Japan, Metabolism Talks (Cologne: Taschen, 2011)

Document lié : Yona_Friedman.pdf

Voir aussi :

Groupe thématique : texte

Thème majeur : concept et image

Activités : Texte

Famille : Texte chapitre d'ouvrage

Échelle : tous

facebook Linkedin Viadeo