Menu

ROJO1 - Jean Nouvel " le manifeste de Louisiana"

Statut

Jean Nouvel " le manifeste de Louisiana" - 2005_...

978-87-91607-33-2

Sujet : Manifeste de Louisiana

Auteur : Nouvel Jean

Diffusion : Texte écrit et publié à l'occasion de l'exposition "Jean Nouvel : Louisiana Manifesto", édité par le "Louisiana Museum of modern art" en 2008

En 2005, plus que jamais, l’architecture annule les lieux, les banalise, les violente.
De temps à autre elle se substitue au paysage, le crée à elle seule, ce qui n’est qu’une autre façon de l’effacer. A l’opposé il y a celle de Louisiana, un choc émotionnel. La preuve donnée d’une vérité oubliée : l’architecture a un pouvoir transcendant. Elle révèle géographies, histoires, couleurs, végétations, horizons, lumières. Avec insolence et naturel, elle est au monde, elle vit. Elle est unique.
Je l’appellerai louisianienne.
Elle est un microcosme, une bulle. Aucune image, aucun propos ne peut en révéler la profondeur. Il faut y être pour l’éprouver et le croire. Elle est extension de notre monde au moment où celui-ci rapetisse. Au moment où nous le parcourons en tous sens de plus en plus vite, où nous écoutons et regardons à travers les mêmes réseaux planétaires ,partageons l’émotion des mêmes catastrophes, où nous dansons sur les mêmes hits, regardons les mêmes matches, où on nous abreuve des mêmes films,
où la star est planétaire, où le président d’un pays veut diriger le monde, où nous achetons dans des shoppings centers dupliqués, travaillons derrière les mêmes et sempiternels murs rideaux… et, où les quelques avantages qui devraient découler de cette réduction ne font pas partie des priorités globales. Ainsi pourquoi par les mêmes canaux, l’enseignement ne touche-t-il pas plus vite et plus sûrement l’analphabète? Pourquoi les médicaments qui sauvent la victime des pandémies n’arrivent-ils pas à temps? L’architecture n’est en rien épargnée par ces nouvelles conditions d’un monde efficace et rentable de plus en plus marqué par une idéologie livrée dans les bagages de l’économie.
Aujourd’hui la globalisation accentue ses effets et une architecture dominante revendique clairement le mépris du contexte. Or le débat sur le sens de cette situation galopante n’a pas lieu : la critique architecturale, au nom des limites de la discipline, en reste à des considérations esthétiques et stylistiques, évacue l’analyse du réel et ignore la question cruciale, historique, qui oppose chaque jour de façon plus criante une architecture globale à une architecture de situation, l’architecture générique à l’architecture spécifique. La modernité d’aujourd’hui est elle l’héritière directe, dénuée de tout esprit critique, de celle du XXème siècle? Consiste-t-elle à parachuter sur la planète des objets célibataires? Ne devrait-elle pas, au contraire chercher les raisons, les correspondances, les accords, les différences,
pour proposer une architecture ad hoc, ici et maintenant?
Louisiana est le lieu symbole pour engager ce nouveau combat de David contre Goliath, celui qui oppose les partisans de l’architecture de situation aux profiteurs de l’architecture décontextualisée. Sans doute l’opposition est plus profonde et plus complexe que celle du global et du local. La spécificité est liée à l’actualisation des connaissances. Le savoir architectural est par nature diversifié, en relation avec toutes les civilisations. Les voyages sont une part essentielle de la culture d’un bâtisseur. On sait l’importance que revêtait pour les architectes le voyage en Egypte, en Grèce, et à Rome. Louisiana est la conséquence du voyage en Californie, le fruit du croisement d’informations recueillies au loin avec l’interprétation d’une situation unique. Bien sûr l’architecture générique fleurit sur le terreau, sur les excréments fonctionnalistes de l’idéologie moderne simpliste du XXème siècle. La charte d’Athènes se voulait aussi humaniste que le communisme de Moscou mais les caricatures dogmatiques mises en œuvre par des résignés ou des corrompus laissent un héritage politique et urbain accablant. Au nom du plaisir de vivre sur cette terre il faut se battre contre l’urbanisme des zones, des réseaux, des territoires hachés, contre cette pourriture automatique qui annule l’identité des villes de tous les continents, sous tous les climats, qui se nourrit de clones bureaux, de clones logements, de clones commerciaux, assoiffés de pré-pensé,
de pré-vu pour éviter de penser et de voir.

A ces règles territoriales génériques et architecturales, [oui architecturales ! Car l’architecture existe à toutes les échelles et l’urbanisme lui n’existe pas, c’est le travesti mal maquillé d’une servile architecture à macro-échelle qui avance pour faire le lit de myriades d’architectures génériques] à ces règles aveugles, il faut en substituer d’autres, basées sur l’analyse structurelle d’un paysage vécu. Il faut établir des règles sensibles, poétiques, des orientations qui parleront de couleurs, d’essences, de caractères, d’anomalies à créer, de spécificités liées à la pluie, au vent, à la mer, à la montagne. Des règles qui parleront du continuum temporel et spatial, qui orienteront une mutation, une modification du chaos hérité et qui s’intéresseront à toutes les échelles fractales de nos villes. Ces règles sensibles ne pourront que défier l’idéologie générique qui tend à faire proliférer les techniques dominantes hégémoniques pour créer des dépendances, qui tend ainsi à hypertrophier tous les réseaux de transport, d’énergie et d’assainissement, à faire dans le trop lourd. L’idéologie spécifique au contraire vise à autonomiser, à se servir des ressources du lieu et du moment, à privilégier l’immatériel. Comment se servir de ce qui est là et qui n’est pas ailleurs? Comment différencier sans caricaturer? Comment approfondir?
Architecturer les grandes dimensions ce n’est pas inventer ex nihilo. Architecturer c’est transformer, organiser les mutations de ce qui est déjà là. Architecturer c’est favoriser la sédimentation des lieux qui ont tendance à s’inventer eux-mêmes, c’est révéler, orienter, c’est prolonger l’histoire vécue et ses traces des vies précédentes, c’est être attentif à la respiration d’un lieu vivant, à ses pulsations, c’est interpréter ses rythmes pour inventer. L’architecture doit être considérée comme modification d’un continuum physique, atomique, biologique. Comme modification d’un fragment situé au milieu de notre incommensurable univers où les découvertes des macro et nano physiques nous donnent le vertige. Quelle que soit l’échelle de la transformation, d’un site ou d’un lieu, comment traduire cette incertitude de la mutation d’un fragment vivant? Pouvons-nous apprivoiser les composants visibles, les nuages, les végétaux, les êtres vivants de toute dimension, par des signes, des reflets, des plantations nouvelles? Comment créer une vibration évocatrice d’une profondeur cachée, d’une âme? C’est, bien sûr, un travail de poésie puisque seule la poésie sait fabriquer « de la métaphysique instantanée », un travail sur la limite du maîtrisable, sur le mystère, le fragile, le naturel, un travail qui anticipe sur les atteintes du temps, la patine, les matériaux qui changent, qui vieillissent avec caractère, un travail sur l’imperfection comme révélation de la limite de l’accessible.
Ne sont pas louisianiennes ces architectures qui tuent l’émotion, celles des artistes-architectes planétaires, rois de la répétition, spécialistes du détail parfait, sec, pérenne, de ce véritable aveu d’impuissance émotionnelle! La répétition du détail « maîtrisé » comme preuve d’insensibilité à ce que pourrait être la nature d’une architecture au monde! La « maîtrise » comme méprise! La lourdeur et l’emphase comme vecteurs de la pédanterie architecturale! Le détail comme l’ensemble est l’occasion d’inventer, de déplacer, d’enrichir le monde, de re-composer, de ré-assembler, de provoquer des rencontres de textures, de lumières, de techniques improbables. Le détail générique comme l’architecture générique, révèle le préfabriqué, le manque de doute, ce qui est sans danger, ce qui est très loin des limites du faisable et du sensible, ce qui a vocation à exister partout, à se vendre partout, à uniformiser, à tuer les différences, à proliférer. Nous sommes dans la pensée simpliste, le systémique, le rassurant. Nous sommes loin de cette condition absolue de la séduction : le naturel. Est louisiannienne l’architecture qui créée la singularité dans la dualité, qui l’invente face à une situation. Elle s’oppose à l’attitude de ces artistes-achitectes de la recette, de la répétition du champ formel approprié comme « signature d’artiste » elle s’oppose à ce qui est parachutable en toute occasion, en tout lieu. Ce phénomène global participe de la continuité avec l’art du XXème siècle pour l’essentiel autonome, dessitué, délocalisé, conçu pour appartenir directement aux mathématiques cases blanches des musées. Les architectures autonomes, à l’inverse de ces œuvres d’art isolables sont condamnées à l’interférence, elles viennent comme des collages saugrenus, des éternuements, et, malheureusement la sensibilité surréaliste n’est pas souvent au rendez-vous... Architecturer c’est modifier à une époque donnée l’état d’un lieu par la volonté, le désir et le savoir de quelques hommes.
Nous n’architecturons jamais seul. Nous architecturons toujours quelque part, certes pour quelqu’un ou quelques uns, mais toujours pour tous. Il faut arrêter de limiter l’architecture à l’appropriation d’un champ stylistique. L’époque a besoin d’architectes qui doutent, qui cherchent, qui ne pensent pas avoir trouvé, d’architectes qui se mettent en danger, qui retrouvent les valeurs de l’empirisme, qui inventent l’architecture en la construisant, qui se surprennent eux-mêmes, qui découvrent des moisissures sur leurs fenêtres et savent les interpréter. Laissons aux architectes qui se pensent comme des esthètes la cosmétique des villes vaniteuses. Que désormais l’architecture retrouve son aura dans l’indicible et dans le trouble!
Dans l’imperfection de ce qui s’invente! L’architecte ne prend conscience d’être allé au bout de son travail que quand il glisse, quand il dérape
de la création à la modification,
de l’affirmation à l’allusion,
de l’édification à l’insertion,
de la construction à l’infiltration,
de la position à la superposition,
de la netteté au brouillage,
de l’addition à la déviation,
de la calligraphie à la griffure, à la rature…
À l’archaïque but architectural qu’était la domination, le marquage pour toujours, préférons aujourd’hui la recherche du plaisir de vivre quelque part.
Souvenons nous que l’architecture est aussi un moyen d’oppression, de conditionnement du comportement :
Ne permettons jamais à quiconque de censurer cette quête hédoniste, surtout dans le territoire du familier et de l’intime si nécessaire à notre épanouissement.

Identifions-nous!
Chacun porte en lui un monde en puissance. 
Prenons conscience de notre potentiel qui est l’égal de celui de chaque être humain, à savoir largement inexploré, souvent poétique donc inquiétant. Halte aux carcans, aux prêt-a-vivre!
Halte à l’architecture numérique qui nous numérise! Halte aux villes dupliquées, aux bureaux planétaires, aux logements pré-habités! Nous voulons continuer à pouvoir voyager pour entendre des musiques spontanées, pour vivre des paysages habités comme l’est une personne, pour rencontrer des hommes et des femmes qui inventent leur culture, pour découvrir des couleurs inconnues. L’architecture est le réceptacle des variations. Une permanence altérée par la vie et les événements. Une architecture inaltérable n’est pas solidaire du lieu et de ceux qui l’habitent. L’architecture doit s’imprégner et imprégner,
s’impressionner et impressionner, absorber et émettre. Aimons les architectures qui savent faire le point, celles qui sont lumière, celles qui font lire la topographie, les profondeurs de champ, ressentir le vent, les ciels, les terres, les eaux, les feux, les odeurs, les arbres, les herbes, les fleurs, les mousses… celles qui se souviennent des us et coutumes et qui en même temps sont connectées aux terminaux des informations de notre monde, celles qui révèlent les époques et les hommes qui les traversent, ces architectures s’édifient en harmonie avec leur temps : les attardés qui construisent encore les archétypes du XXème siècle sont malades de diachronie, refusant de vivre leur vie, L’architecture est datée. Nous la savons mortelle, précaire, nous la soupçonnons vivante. Ainsi la regardons nous sortir des ténèbres et imaginons qu’un jour elle y retournera.
Les architectures de situation, spécifiques, louisianiennes tissent ce lien entre passé et futur, minéral et végétal, instant et éternité, visible et invisible. Elles sont des lieux d’émergence et de disparition.
Elles distillent leur lent et pathétique naufrage.
Cette conscience du temps se superpose aux surprises des nouvelles vies qui l’habitent, aux rythmes magnifiés des aubes et des crépuscules, à l’indifférence des inévitables heures d’indolence et de décadence...
Les architectures louisianiennes se rêvent, silencieuses, ruines, lieux d’oubli mais aussi d’archéologie. Elles deviennent prétexte à réinterprétation d’un passé ambigu. Les architectures louisianiennes nous émeuvent parce que rêvées vivantes, insécurisées, résistantes, quelques fois désespérées, naufragées, ou assassinées mais jamais oubliées, parce que tel un phénix disparaissant pour mieux renaître, elles font songer à une éternité en pointillé… L’incertitude, la simplicité et la modestie même des matériaux et des moyens louisianiens créent l’espoir que cette architecture puisse exister dans toutes les économies. Qu’elles puissent s’infiltrer jusque dans les bidonvilles de la honte de nos politiques globales... Et lire la beauté dans la précarité ce n’est pas oublier les conditions du désespoir, c’est uniquement voir la force et la dignité de la vie dans des situations extrêmes et éprouver la profondeur insondable de l’humain. Nous commençons à comprendre pourquoi des habitants des « ranchos », des « favelas » ont préféré leurs maisons spontanées, précieuses, aléatoires, évolutives aux casiers de béton formatés des machines intensives à habiter!
Explorer est un devoir, comprendre un intense désir, contester une condition de l’évolution. Nous pensons avec nos sens, nous sentons avec nos idées. Des contradictions naissent les étincelles. Des sensations naissent des émotions. Des émotions l’amour, de l’amour le désir de vivre, de partager, de donner, de prolonger notre vie en d’autres.
Architecturer c’est connecter, c’est appartenir, c’est interférer, c’est dire et contredire. Mais c’est aussi harmoniser l’inerte et le vivant. L’harmonie n’est pas toujours émolliente, elle peut être source d’un plaisir inimaginable, d’un sur-espoir, d’une exaltation de notre imaginaire. Le plaisir est quelquefois l’improbable particule indispensable pour transformer le doute intelligent, le désespoir honnête en force conquérante.
Il faut décourager les résignés, les tristes, les spéculateurs de fabriquer des sinistroses, de répéter!
En architecture aussi la répétition est souvent morbide, la vie est dans le changement. Apprentis promoteurs, apprentis architectes, n’entrez dans ce métier dangereux que pour différencier et non pour stéréotyper, pour construire et non pour détruire, ne gagner pas votre vie en limitant celle des autres! Si vous n’aimez pas, si vous n’êtes pas sensibles à une ville, à un lieu. Épargnez-la! Épargnez-le! Partez! Si vous ne voulez pas donner mais prendre, spéculez sur autre chose! Si toutefois vous pouvez admettre que le cynisme aussi devrait avoir ses limites. L’architecture est un don venu du plus profond de soi. C’est une mise aux mondes, une invention de mondes, de micro plaisirs, de micro sensations, d’immersions fugitives. Que l’architecture soit vibrante, en perpétuel écho avec l’univers changeant! Qu’elle s’installe en havres temporaires pour nomades à la recherche des tropismes, des envies, qui le temps d’une vie les constituent! Comment marquer, entourer notre temps de vie? Comment pétrifier la sérénité, le calme, la volupté ou encore le délire, l’ivresse, l’euphorie, la jubilation ?
Eloignons-nous à jamais des froides machines à habiter! Nous sommes dans des abîmes à sonder, des altitudes à respirer, des natures à incruster! Dénonçons l’architecture automatique, celle de nos systèmes productifs en série! Attaquons la! Phagocytons la! Cette architecture sans âme a vocation à être contredite, à être achevée dans les deux sens du terme! Des hasards naissent des rencontres à exploiter, des situations à inventer! Ces architectures sèches doivent devenir des supports, des points de départ de stratégies singulières, détournées, dynamitées, inversées! C’est une des missions de l’architecture louisianienne de compléter de dévier, de diversifier, de modifier et d’imaginer ce que les architectures génériques n’imaginent jamais : le temps de vie qu’elles vont abriter.

Soyons louisianiens !
Résistons !
Revendiquons les architectures de l’improbable! Celles qui allient praxis et poésies pour imprimer un lieu, lier leur sort à ce lieu. Soyons louisianiens avec tous ces territoires:
de Petra à Sanaa,
de Venise à Manhattan,
de Chartres à Ronchamp,
des maisons de pêcheurs aux tentes du désert,
des favelas de Rio aux ruines industrielles de la Ruhr,
de Katsura à Louisiana,
Tous chocs de temporalités et de lumières, paradoxes poétiques.
Ces paradoxes miraculeux que Paul Valéry résumait en ce simple vers :

« Le temps scintille et le songe est savoir ».

Voir aussi :

Groupe thématique : texte

Thème majeur : l'architecture et son contexte

Notions - mots clefs : architecture, architecture de situation, lieux,

Activités : Texte

Famille : Texte expo, rapport, site, autre

Échelle : L

facebook Linkedin Viadeo