Menu

S5-UE1-TD - Les élements par Rem Koolhaas

Statut

Les élements par Rem Koolhaas - 2015_...

Sujet : La cour comme lieu de mémoire

Auteur : Robyne Somé

L’art de la mémoire

“La mémoire est une grande et belle invention, toujours utile à la fois pour l’apprentissage et pour la vie.”
- Dialexeis

L’Art de la Mémoire est un concept très complexe beaucoup pratiqué pendant l’antiquité. Le fait que les nouvelles et l’histoire devaient être répété et ne pouvaient pas être filmée ou enregistrée signifiait que la mémoire et les contes étaient un élément essentiel de la vie quotidienne des gens. Pour pouvoir reproduire l’histoire, les souvenirs devaient être conservés de façon éclatante dans nos cerveaux. L’architecture a joué un grand rôle dans l’Art de la Mémoire dans lequel la cour ce trouvait souvent central.

Voici un petit fragment datant de 400 A.V. connu sous le nom Dialexeis qui contient une section sur la mémoire:

Ceci est la première chose: si vous faites attention (diriger votre esprit), le jugement sera mieux perçue par les choses qui passent à travers d’elle (l’esprit).
Deuxièmement, répétez ce que vous entendez; ce que vous avez appris est acquis complètement en entendant souvent et rédiger des choses.
Troisièmement, ce que vous entendez, placer le sur ce que vous savez.

Aristote
La mémoire a été associée à des lieux très tôt; se rendre compte que lorsque vous vous rappelez d’un lieux ses souvenirs reviendront. Aristote était l’un des premiers à faire des hypothèses sur ce concept.
Il était familier avec l’idée de la mémoire artificielle et croyait qu’une mémoire de quelque choses est immédiatement causée par la simple mention de leurs lieux. Un homme se rappellera les choses plus vite quand il regarde la pièce où les souvenirs ce sont passé, parce que “il a ses emplacements classés devant les yeux de son esprit”.
Il explique que la mémoire appartient avec l’impression des sens (l’imagination avec un élément de temps supplémentaire pour les images mentale de la mémoire) et n’est pas propre à l’homme, mais que les animaux peuvent aussi avoir des souvenirs. Il met l’accent sur deux principes; association et l’ordre. A partir d’un aspect similaire, contraire ou étroitement liée à ce que nous cherchons nous en souviendrons. Et les choses qui sont plus facile à retenir sont ceux qui ont un ordre. Pourtant, il nous faut un point de départ à partir duquel lancer le travail de mémoire, ce qui est quand les lieux sont dans l’image. Nous pouvons utiliser les lieux pour le but de se recueillir. Aristote apporte les lieux de mémoire artificielle pour illustrer ses remarques sur l’association et l’ordre dans le processus de recueillement.


Organisation
Si l’ont veut bien se souvenir des choses nous devons avoir des loci avec des nombreux objets différents aménagé dans un parcour ou nous pourrions utiliser un bâtiment avec un grand nombre de lieux. De toute façon il est toujours essentiel que les lieux forment une série et doivent être rappelés dans leur ordre afin que nous puissions commencer à partir de n’importe quel lieu de la série et de déplacer soit ver l’arrière ou vers l’avant de celui-ci. Si nous devons nous rappeler les noms d’un certain nombre de gens dans une rangée, il importe peu si nous commencions au début, milieu ou à la fin. Si les images ont été disposés en ordre, nous pouvons théoriquement répéter oralement ce que nous avons attribué au différents lieux / objets, précédant dans les deux sens de toute loci nous plaît.


Les sens
Pour practiquer l’Art de la Mémoire nous avons besoin d’ordre, mais d’autres aspects essentiels sont les sens. Les images les plus complets sont formés lorsqu’ils sont transmit par les sens, pourtant le sens de la vue à le plus grand rôle. Toucher, l’ouïe, le goût et l’odeur peuvent tous être incorporés dans les loci à travers des objets et des textures, mais les perceptions sont reçues encore mieux si elles sont également transmises à nos esprits par nos yeux.



Les principes généraux de l’art de la mémoire

1. Marque une série de loci ou des lieux sur la mémoire (le plus couramment utilisé était le type d’architecture).
Pour former une série de lieux dans la mémoire, un bâtiment est à rappeler, aussi spacieux et varié que possible, une avant cour, une cour, la sale de séjour, des chambres et un salon, sans oublier des statues et ornements dont les chambres sont décorées.


2. Les images par lequel le discours est à rappeler sont ensuite placées dans l’imagination sur les lieux qui ont été mémorisées dans le bâtiment.
La méthode garanti que les points sont mémorisés dans le bon ordre, car l’ordre est fixé par la séquence de lieux dans le bâtiment.

3. “Marche” à travers la construction architecturale rappelant les images que vous avez placé dans chaque chambre pour vous rappeler de votre discours.


Le théâtre mémoire
Giulio Camillo était l’un des premiers qui a essayé de dépeindre l’idée de l’Art de la Mémoire pendent la Renaissance par la construction d Théâtre Mémoire. Il fut lún des premiers à mettre toutes les théories en quelque chose de physique, encore plus étonnant; dans l’architecture.
Giulio Camillo a eu une demande du roi de France, François I, pour créer un théâtre qui contenait des pouvoirs divins: celui qui rentre dans le théâtre sera émerger avec une mémoire complète de toutes les connaissances qui ai jamais existé. Le théâtre pose la question: Comment est-ce que le mouvement de la mémoire est connectée avec le mouvement de l’histoire?Et pour le rendre encore plus confuse, l’histoire est structurée comme une pièce dans une pièce dans une pièce.
Malheureusement la construction n’a jamais été terminée bien que des histoires on été racontées sur ce sujet. La structure était un bâtiment en bois, probablement aussi grand qu’une pièce singulier, construit comme un amphithéâtre de Vitruve. Le visiteur se tenait sur la scène et regardait dans l’auditorium dont les niveaux et de la construction semi-circulaire était particulièrement adapté pour le logement des souvenirs d’une manière bien disposées; 7 sections, chacune avec 7 arches enjambant 7 niveaux hausse. Les 7 sections ont été divisés selon les 7 planètes connues à l’époque. Les 7 niveaux qui s’élevaient contre eux, codées par des motifs de la mythologie classique, représentaient les 7 sphères de la sublunaire vers le bas pour le microcosme élémentaire. Sur chacun de ces sphères il y avait des images et signes emblématiques, à côté des compartiments pour des manuscrits. En utilisant différents types de divisions et combinaisons codées il devait être possible de reproduire toute relation imaginable dans une mémoire propre. Exactement comment cela fonctionne reste un mystère.


Robert Fludd
Robert Fludd, un célèbre philosophe de la Renaissance Anglaise, a fait un théâtre qui ressemble beaucoup a une cour, pour sa forme architecturale du système de mémoire. Il utilise des bâtiments de mémoire qu’il appelle “théâtres” mais en fait ne comprend que la scène, sous la forme d’une cour. Deux de ses principaux théâtres sont “l’est” et “l’ouest” qui sont identiques en plan, mais de couleur différente. Le théâtre ouest est sombre, noir et obscur, représentant la nuit. Le théâtre est est clair, lumineux et brillant, représentant le jour.
Nous nous rendons compte que les liens entre les colonnes et les portes créent 10 endroit différents dans a cour qui sert comme locus. Les portes sont espacées pour former des lieux de mémoire appropriés, les colonnes prennent différentes formes et les différentes couleurs aident tous à ne pas confondre la mémoire. Les images que Rober Fludd utilise habituellement comme des images de mémoire sont celles des signes du zodiaque et les caractères des planètes. Il a même fait un alphabet visuel pour compliquer les choses.
Deux autres théâtres sont illustrés dans son texte. Ces théâtres n’ont pas plusieurs étages, mais sont des vraie cours. L’un d’eux a 3 portes et l’autre en a 5. Dans l’une avec 5 portes il y a un système similaire de colonnes, qui marche en liaison avec les portes dans les théâtres principaux. Ces théâtres secondaires sont connecté avec les théâtres principaux.


LES COURS
Utiliser l’architecture (comme une maison ou un édifice public) fonctionne mieux parce que on le connaît bien, on peut l’imaginer et il peut avoir un parcour fixe. Pendant la Renaissance les logements avait souvent une cour centrale qui était situé au milieu de la maison. Le choix d’une cour que vous connaissez le mieux doit être marquée par la variété la plus grande possible et des détails. On peut placer des fenêtres dans la cour, ou des portes qui mènent à d’autres pièces. On peut même ajouter des sculptures, ornements ou différentes textures pour les murs pour déclencher des souvenirs. Une fois que tout a été mis en place, en utilisant autant de sens qu’on peut, on commence à attribuer nos souvenirs à ces différents détails, mais seulement dans un certain ordre afin qu’on ne perd pas la trace de nos souvenirs.

Des portes dans une cour pourraient conduire à une catégorie différente de souvenirs. Par exemple, je pourrais associer mon enfance avec la cour, déclenchant mes premiers pas et ma première dent perdue avec différentes textures et des piliers. En entrant la porte dans la salle à manger je pourrait penser à mes souvenirs adolescents où j’ai obtenu mon premier ami et mon premier emploi déclenchée par de grandes sculptures et des plantes. Maintenant, si j’ai perdu la trace d’un souvenir, je peux toujours revenir au point de départ dans la cour où je pourrais déclencher à nouveau ou je pourrais continuer et enter dans une autre porte dans ma chambre par exemple. Ainsi, l’Art de la Mémoire pourrait être considéré comme un processus linéaire si vous continuez à ouvrir les portes et de ne pas perdre la trace. Au même temps, on peut toujours revenir à la place centrale (la cour) pour nous rafraîchir la mémoire et de continuer.

Des fenêtres en loci de mémoire peuvent également être un moyen de voir une mémoire différente si cela peut être considéré comme une mémoire dans une catégorie qui a une relation avec la mémoire dans la salle que nous sommes debout. Cette relation n’est pas aussi forte que les portes que nous pouvons entrer.


Le monde moderne et la mémoire
Aujourd’hui, dans le monde moderne, l’Art de la Mémoire n’est pas essentiel dans nos vies parce que nous avons la technologie. Les smartphones, les ordinateurs, les portables et les calculatrices sont toujours dans notre portée et ont désactivé notre capacité de mémoriser les numéros de téléphone, de reconaître le chemin de la maison d’un ami, et même rend plus difficile les multiplications. Dans l’antiquité, dépourvue de papier pour prendre des notes, ou google maps pour les routes, la mémoire était formé d’une extrême importance. Et les anciens souvenirs ont été formés par un art qui reflète l’art de l’architecture de l ancien onde, qui pourrait dépendre de mémorisation visuelle intense que nous avons perdu. Cependant les magiciens, les présidents et même nous, les citoyens, normales peuvent bénéficier de la formation de nos mémoires pour parfaire des trucs, faire des discours incroyables et mémoriser les numéros de téléphones de nos plus chers. La technologie a fait de nous paresseux encore notre cerveau pourrait fortement bénéficier de l’Art de la Mémoire non seulement de gagner du temps, mais aussi pour conserver notre cerveau en forme et en santé.

Voir aussi :

Groupe thématique : TD

Thème majeur : la cour

Notions - mots clefs : cour, lieu, mémoire, Rem Koolhaas, éléments

Activités : Article

Échelle : M, L, XL

facebook Linkedin Viadeo